« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs »

(Hébreux 3 v.15)

 

Si l’année 2017 a encore été une année de grâce, rien n’est moins sûr que 2018 le sera.

Bien des choses se sont passées en 2017 dans ce monde : un revirement complet et inattendu de la géostratégie menée par le dernier président élu des Etats Unis, Israël en étant le centre de gravité.

La dernière en date, fin 2017, c’est la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël[1] ! Et cela à l’encontre des accords pris par ses prédécesseurs, concédant aux Palestiniens, peuple s’apparentant aux Philistins, une partie de la ville de Jérusalem, dans laquelle, le monde musulman a construit une mosquée, juste à l’emplacement du Temple, détruit et reconstruit à plusieurs reprises. La dernière destruction date de l’an 70 de notre ère, elle a été exécutée par les armées romaines, commandées par Titus. Le Seigneur Jésus l’avait annoncé dans l’Evangile de Luc chapitre 21 (dans lequel les circonstances mentionnées se rapportent à l’an 70, et ne sont pas à confondre avec celles de Matthieu 24 et Marc 13 qui se rapportent aux temps de la fin)[2]

Dans la révélation de ses plans prophétiques, le Temple devra être reconstruit, d’abord celui qui accueillera l’Antichrist, pour faire ensuite place à celui décrit dans le livre du prophète Ezéchiel.

Comme beaucoup d’erreurs circulent à ce sujet, il n’est pas inutile de rappeler aux chrétiens, que ce que nous voyons sous nos yeux, n’est pas l’accomplissement de la prophétie, mais il va sans dire que cela paraît en être les signes avant-coureurs !

Depuis le jour de la pentecôte, en Actes 2, descente du Saint-Esprit sur la terre et dans l’Eglise, et jusqu’à l’évènement mentionné en 1 Thessaloniciens 4 v.16-17 [3], Dieu a suspendu le temps des accomplissements prophétiques, qui sont toujours en rapport avec son peuple terrestre à savoir Israël ! Le Roi du Royaume ayant été rejeté, le Dieu d’amour, de bonté et de grâce, a suspendu son décompte du temps pour introduire l’ère de la grâce, pendant laquelle l’Evangile de la grâce est annoncé en salut aux pécheurs par le seul moyen de la foi. Le pécheur repentant reçoit la vie divine et éternelle, lors de sa conversion[4], il est introduit dans l’Eglise, corps de Christ, et par le baptême chrétien il est aussi introduit dans la maison spirituelle de Dieu sur la terre, qu’est l’Eglise responsable sur la terre.

Mes chers amis, ouvrez les yeux et voyez « le doigt de Dieu » dans ce qui se déroule devant nos yeux. N’endurcissez pas votre cœur, comme le fit le Pharaon (Exode 8 v.19) ! Dieu se sert de toutes ces évènements pour nous avertir, que l’exécution de ses voies envers la terre, envers son peuple terrestre, est imminente ! Ce qui veut aussi dire que l’ère de la grâce touche à sa fin !

Pour le vrai chrétien, passé par une vraie conversion, cela signifie que le Seigneur Jésus vient nous enlever. Mais pour celui qui n’est chrétien que de nom, et les autres incrédules, cela signifie bientôt la fermeture de la porte de la grâce, et vous devrez vous entendre dire : « ...  En vérité, je vous dis : je ne vous connais pas. » (Matth.25 v.12)

Et l’apôtre Paul ajoute au sujet de ces derniers en 2 Thessaloniciens 2 v.7-12 : « Car le mystère d’iniquité opère déjà ; seulement celui qui retient maintenant [le Saint Esprit], le fera jusqu’à ce qu’il soit loin. Et alors sera révélé l’inique, que le seigneur Jésus consumera par le souffle de sa bouche et qu’il anéantira par l’apparition de sa venue ; duquel la venue est selon l’opération de Satan, en toute sorte de miracles et signes et prodiges de mensonge, et en toute séduction d’injustice pour ceux qui périssent, parce qu’ils n’ont pas reçu l’amour de la vérité pour être sauvés. Et à cause de cela, Dieu leur envoie une énergie d’erreur pour qu’ils croient au mensonge, afin que tous ceux-là soient jugés qui n’ont pas cru la vérité, mais qui ont pris plaisir à l’injustice. »

 « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs »

(Hébreux 3 v.15)

Chers amis, chrétiens authentiques, le passage à l’an 2018 témoigne encore qu’une station de notre court voyage[5] est passée; et si nous en faisions la revue, combien n'y trouverions-nous pas de choses propres à exciter en nous des émotions mêlées de reconnaissance et de douleur! Quand nous jetons un regard en arrière sur tout le chemin, dans lequel le Seigneur nous a conduits, les innombrables miséricordes de notre Dieu devraient, en effet, remplir nos cœurs de gratitude et nos lèvres de louanges ; tandis que le souvenir de nos propres infidélités devrait produire en nous une profonde contrition et la confusion de face. La vie chrétienne consiste : à ne pas vivre pour nous-mêmes, et à vivre pour celui qui est mort et ressuscité pour nous (2 Corinthiens 5: 15). Le seul motif qui peut nous rendre capables de vivre de cette manière, c'est l'amour de Christ nous étreignant. Puissions-nous connaître toujours plus l'amour du Seigneur Jésus, afin que désormais nous ayons moins affaire avec la puissance de l'égoïsme et que nous considérions comme notre plus grand bonheur de rendre cette obéissance absolue et ce service sans réserve, demandés par Celui qui «nous a aimés et qui s'est donné Lui-même pour nous!» Que le Seigneur nous donne de sonder et d'éprouver nos voies et de découvrir toutes les «racines d'amertume, par lesquelles il a été jusqu'ici déshonoré».

Chers amis, authentiques chrétiens, puisse l'année nouvelle être pour nous tous un an de grâce et de riches bénédictions spirituelles, et que nous puissions « racheter le temps » en « saisissant l’occasion, car les jours sont mauvais » (Ephésiens 2 v.16), en parlant souvent l'un à l'autre (Malachie 3: 16), dans la crainte du Seigneur; nous exhortant l'un l'autre, et cela d'autant plus que vous voyez le jour approcher.

L'année que nous terminons a apporté à tous sa portion de peine, d'épreuves ou de jugements, tout en ayant été riche en témoignages de la bonté de Dieu. Que chacun de nous se demande si nous avons méprisé « la discipline du Seigneur » ; et si nous avons été reconnaissants de ses gratuités ; si nous sentons vivement toute notre responsabilité, si nous sommes fidèles à nos convictions, humiliés de nos péchés passés, et désireux de recevoir de nouvelles forces pour agir comme de bons serviteurs de Christ !

Comme rappelé au début de ce message, les signes des temps et la lumière de la prophétie nous avertissent que « la venue du Seigneur est proche ». « Ce n'est pas à nous de connaître les temps et les saisons », mais c'est à nous « d'être attentifs à la parole prophétique, rendue plus ferme, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur » (2 Pierre 1: 19). Les nuages qui s'amoncellent sur le monde peuvent être les avant-coureurs du dernier et redoutable conflit entre les puissances de la lumière et celles des ténèbres. Avant qu'une autre courte année n'ait fini son cours, les saints peuvent être « enlevés à la rencontre du Seigneur en l'air » (1 Thessaloniciens 4: 17).

Bien-aimés, que nos reins soient ceints et nos lampes allumées. Demeurons en Christ, « afin que quand il sera manifesté, nous ayons de l'assurance et que nous ne soyons pas couvert de honte de par Lui, à sa venue » (1 Jean 2: 28).

Que chacun des lecteurs puisse dire sans aucune crainte :

« Amen, viens Seigneur Jésus ! »

(Apocalypse 22 v.20)

 

Votre ami, authentique chrétien,

Claude BEAUPORT

bible@beauport.eu



[1]      voir le message « Jérusalem, capitale d’Israël ? « C’est le doigt de Dieu. » (Exode 8 v.19)]

[2]        Voir les commentaires à ce sujet dans la Bible pdf : http://www.digit-bible-jnd.beauport.eu

[3]      « … le Seigneur lui-même, avec un cri de commandement, avec une voix d’archange, et avec la trompette de Dieu, descendra du ciel ; et les morts en Christ ressusciteront premièrement ; puis nous, les vivants qui demeurons, nous serons ravis ensemble avec eux dans les nuées à la rencontre du Seigneur, en l’air ; et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. »

[4]        telle que décrite dans la page intitulée «  Qu’est qu’une vraie conversion ?  Qu’est-ce qu’un vrai croyant ? » : http://msgfacebook.beauport.eu/Messages/MSG_0001.html

[5]        Le texte s’inspire d’un article du Messager Evangélique de 1863 intitulé « Pensées sur une nouvelle année ». L’article se trouve à la page du ME 1863 et peut être déchargé depuis cette adresse :

http://bible.beauport.eu/Documents-pdf-&-autres/ME/HTML/1863/ME_1863_47.html